11 mai 2021

Saucony Kinvara 12 Critique | Guru des chaussures de course

Saucony Kinvara 12 Intro

La Kinvara 12 conserve la même simplicité et le même style que ceux que nous attendons de cette chaussure depuis son arrivée sur le marché en 2010.

Comme les modèles précédents, le Kinvara 12 est polyvalent et se sent bien à chaque course, des secousses faciles aux longs entraînements à seuil. Il fonctionne bien comme entraîneur quotidien, entraîneur de vitesse et chaussure de course longue.

La semelle intermédiaire en mousse PWRRUN qui a remplacé la mousse EVA + de Saucony dans la version 11, revient pour un rappel dans la Kinvara 12, bien que la chaussure soit définitivement un peu plus ferme que les années passées.

Saucony Kinvara 12 premières impressions

L’équipe de conception de Saucony fait une grande première impression avec les coloris du Kinvara 12. La paire que j’ai reçue était Future Black. (À l’avenir, le noir est en fait coloré). J’adore les éclairs de couleur brillants mais subtils.

L’excitation que j’ai ressentie à propos de l’apparence élégante et professionnelle s’est estompée lorsque je les ai enfilées et que j’ai réalisé qu’elles sont définitivement une demi-taille plus grande que d’habitude.

Je suis en train de courir et de réviser Kinvaras depuis environ 8 ans, et cette version est vraiment grande, à la fois en longueur et en largeur.

Je les ai même comparées à une paire de Saucony Triumph que j’ai dans ma rotation, et elles sont visiblement plus longues même si les deux chaussures avaient la même taille imprimée sur l’étiquette.

Une fois que j’ai finalement eu la bonne taille, j’ai sorti le Kinvara 12 pour une course facile pour avoir une idée de la conduite.

Pas de surprises là-bas; comme les trois versions précédentes du Kinvara, celles-ci ne nécessitaient aucun rodage et la conduite était aussi douce et réactive. J’ai remarqué tout de suite que les K12 sont légèrement plus fermes que le modèle de l’année dernière.

Unité de semelle Saucony Kinvara 12

Saucony Kinvara 12 – Semelle et talon

La première différence que j’ai remarquée dans la semelle intermédiaire Kinvara 12 est la nouvelle forme. La semelle intermédiaire PWRRUN s’emboîte de plusieurs millimètres à partir du talon de la chaussure, évoquant légèrement l’esthétique mise au point par la Nike Vaporfly.

Soi-disant, cette conception se traduit par des lignes plus aérodynamiques.

J’ai mentionné la conduite plus ferme du Kinvara 12 comme l’une des très rares différences notables entre le 12 et le 11.

Cette augmentation très modérée de la fermeté donne l’impression que la chaussure ressemble plus à une chaussure de compétition, mais je ne pense pas qu’elle soit en fait plus réactive que la Kinvara 10 ou 11.

Comme ses prédécesseurs, la crête est aussi légère et réactive que jamais.

La plate-forme PWRRUN de Saucony revient dans le Kinvara 12, conservant les 5,5 mm supplémentaires de mousse de semelle intermédiaire qui ont été ajoutés au Kinvara 11 lorsque PWRRUN a fait ses débuts.

PWRRUN continue de tenir la promesse de Kinvara en trouvant l’équilibre parfait entre réactivité et coussin léger. PWRRUN est la technologie derrière la conduite douce et réactive.

Saucony Kinvara 12 – Côté médial

La semelle de dessus FORMFIT reste un incontournable de la ligne Kinvara et améliore encore l’ajustement profilé et confortable de la chaussure. Le décalage du talon aux orteils est, et je m’attends à ce qu’il le soit toujours, à 4 millimètres

La semelle extérieure Kinvara standard utilise du caoutchouc soufflé par injection uniquement dans les zones stratégiques de la semelle extérieure pour réduire le poids de la chaussure tout en offrant une durabilité et une protection optimales dans les zones où le contact avec le sol est le plus élevé.

La Kinvara 12 conserve cette caractéristique avec du caoutchouc soufflé situé uniquement sous le gros orteil et le talon latéral laissant le reste de la semelle intermédiaire exposé au contact avec le sol.

Cependant, la mousse PWRRUN s’est avérée être la plus durable de Saucony à ce jour, et j’ai pu parcourir 350 kilomètres du K11, donc j’attends la même chose pour la version 12.

Saucony continue d’utiliser le motif en chevron dans la semelle extérieure de l’avant-pied pour offrir une flexibilité appropriée et répartir les chocs uniformément sur la semelle.

Dans le Kinvara 12, le modèle est mis à jour pour permettre des niveaux de flex progressifs en fonction de l’emplacement.

En d’autres termes, l’orteil de la chaussure est moins flexible que sous la plante du pied où la dorsiflexion a lieu pendant la frappe du pied.

Le seul inconvénient de la semelle extérieure Kinvara 12 est la profondeur des lignes de guidage.

Mes itinéraires typiques incluent une combinaison de route asphaltée, de gravier et de pistes de calcaire damées afin que les lignes de guidage dans la semelle extérieure ramassent toujours de petites roches.

Saucony a corrigé ce problème dans le K11, il est donc décevant que les rainures des lignes de guidage aient à nouveau été approfondies.

Unité supérieure Saucony Kinvara 12

Saucony Kinvara 12 – Haut

Saucony a encore simplifié la tige Kinvara en laissant une maille technique très légère et aérée pour envelopper le pied.

Il est incroyablement respirant, ce qui a rendu les orteils froids car j’ai testé le K! 2 à la fin de l’hiver. Les superpositions graphiques imprimées ajoutent de la structure à la tige, mais gardent la chaussure légère.

La tige en général ne s’adapte pas aussi bien que par le passé, mais la zone des orteils est la plus spacieuse de tous les Kinvara à ce jour.

Les lacets sont plats, légers et assez longs. Il semble que Saucony ait surcompensé les plaintes de lacets disproportionnellement courts dans le Kinvara 11.

Compte tenu de l’ajustement légèrement plus large de la tige, j’ai dû resserrer les lacets plus que d’habitude, donc la longueur supplémentaire les a vraiment fait flopper sur le dessus de mon pied lorsque je courais vite.

La languette Kinvara 12 est sans doute la caractéristique la plus premium de la chaussure. Le haut de la languette a une sensation de suède doux tandis qu’en dessous, un rembourrage subtil protège la voûte dorsale du pied des lacets serrés.

La languette à soufflet épouse luxueusement le pied en place.

J’aurais aimé que Saucony ait pu appliquer les principes de conception de la languette à l’extérieur de la coque du talon.

Contrairement à la douceur et à la douceur de la languette, l’extérieur du talon est recouvert d’une épaisse bande de caoutchouc qui est censée fournir une languette pour aider à mettre la chaussure sur votre pied.

Cette languette en plastique est en fait très difficile à saisir et ne sert essentiellement à rien d’autre que d’ajouter un poids inutile à la chaussure.

Conclusion de Saucony Kinvara 12

Saucony Kinvara 12 – Orteil

Jusqu’à la série Endorphin, la Kinvara de Saucony a régné en maître en tant que contribution la plus reconnue de la marque sur le marché des chaussures de course pour une bonne raison.

Le K12 est tout à fait conforme au confort léger et performant auquel les coureurs s’attendent.

Bien qu’elle n’occupe plus la première place en tant que chaussure de performance dans la hiérarchie de Saucony, elle constitue une excellente option pour les coureurs soucieux de leur budget par rapport à la série Endorphin.

J’adore le Kinvara 12 pour chaque type de course, des secousses aux longues courses en passant par les entraînements accélérés.

Cette chaussure peut plus que se gérer elle-même dans un marathon, et la polyvalence est l’une des raisons pour lesquelles j’aurai probablement toujours une paire de Kinvara dans ma rotation.

Nous avons acheté une paire de Saucony Kinvara 12 chez Runningwarehouse en utilisant notre propre argent. Cela n’a pas influencé le résultat de cet examen, rédigé après avoir parcouru plus de 50 kilomètres.

Saucony Kinvara 12 Critique | Guru des chaussures de course
4.9 (98%) 32 votes