25 octobre 2021

Adidas Ultraboost 21 examen | Chaussures de course Gourou

Adidas Ultraboost 21 Intro

Existe-t-il une chaussure de course aussi belle que l’Ultraboost avec un jean skinny et un t-shirt ajusté ? Probablement pas.

Et il y a une très bonne raison à cela : les chaussures de course sont conçues pour courir et ne pas être belles pour aller au centre commercial.

Depuis la version 1 de l’Ultraboost quand Adidas a payé Kanye West pour porter une paire toute blanche sur scène, les têtes de sneakers ont adopté l’Ultraboost comme sneaker lifestyle.

L’Ultraboost a toujours brouillé la frontière entre l’entraîneur de performance et la sneaker lifestyle.

Adidas commercialise l’Ultraboost comme une chaussure de course sérieuse, mais le fait qu’ils publient des collaborations spatiales avec la NASA et des semelles intercalaires funky de couleur métallique prouve qu’Adidas veut que l’Ultraboost soit également une chaussure décontractée à la mode.

L’Ultraboost est la chaussure la plus populaire d’Adidas, donc la formule fonctionne évidemment pour eux ; ils peuvent faire d’une pierre deux coups.

Mon Ultraboost préféré était la toute première version. À l’époque, peu de baskets utilisaient des semelles intermédiaires en TPU, il n’y avait donc rien de tel sur le marché.

C’était très doux, élastique et confortable à la fois. Sa seule faiblesse était que sa semelle extérieure s’usait comme du beurre parce que c’était l’époque pré-continentale du caoutchouc.

Dans les versions qui ont suivi, l’objectif de l’Ultraboost s’est davantage tourné vers une sneaker de style de vie à mesure que la tige est devenue plus détendue.

De plus en plus de marques ont commencé à utiliser des semelles intermédiaires en TPU, il n’était donc pas logique de s’en tenir à la chère Ultraboost qui ne ressemblait plus à une chaussure de course performante.

L’Ultraboost 21 a été entièrement repensée avec une nouvelle semelle extérieure en caoutchouc cristal, une semelle intermédiaire avec plus de Boost et une tige mise à jour également.

Avec tous les changements apportés, l’Ultraboost 21 est-elle désormais une chaussure de course performante et comment se compare-t-elle aux versions précédentes ?

Adidas Ultraboost 21 premières impressions

Quand j’ai vu pour la première fois une fuite d’image de l’Ultraboost l’année dernière, j’ai pensé qu’il y avait une possibilité qu’il s’agisse d’une fausse image conceptuelle car elle ressemblait à une quantité ridicule de Boost dans le talon.

Lorsque j’ai vu plus d’images et de vidéos plus près de la date de lancement, j’étais vraiment excité car ils ont confirmé que l’image initiale divulguée était exacte.

La nouvelle conception radicale de la semelle intermédiaire était complètement différente de toutes les précédentes Ultraboost.

Quand ils sont arrivés et que je les ai sortis de la boîte, je m’attendais à ce qu’ils soient lourds mais ils semblaient encore plus lourds que ce que je pensais qu’ils ressentaient. Ils ont pris plus d’une once de poids par rapport à l’Ultraboost 20.

Ma première course avec eux était de 10 km et ils ne m’ont pas impressionné. Ils se sentaient maladroits, raides et fermes. Je m’attendais à ce qu’ils soient beaucoup plus doux, mais le Boost sous le pied était ferme bien qu’amorti en même temps.

Les atterrissages des pieds étaient très bruyants à cause du caoutchouc cristal sur la semelle extérieure et faisaient le bruit d’un cheval trottant sur la route.

Ils m’ont également rappelé le moment où les coureurs portent des poids aux chevilles lorsqu’ils courent pour développer leur force et leur endurance. Avec l’Ultraboost 21, vous avez les poids de cheville intégrés directement dans la chaussure.

Du côté positif, les transitions étaient fluides grâce au nouveau talon biseauté et à la configuration de la semelle extérieure.

Unité de semelle Adidas Ultraboost 21

Boost est-il toujours une mousse intercalaire pertinente avec l’arrivée de Lightstrike et Lightstrike Pro ? A mon avis, non.

C’est certainement la plus lourde des trois mousses Adidas d’un kilomètre et le poids élevé de l’Ultraboost 21 limite sévèrement son utilisation aux courses faciles et de récupération.

Vous pourriez penser que l’ensemble du talon est un énorme morceau de mousse Boost avec une chute qui pourrait être de 14 mm, mais il n’y a qu’une augmentation de 6% de Boost et la chute n’est que de 10 mm.

La mousse dans le talon monte autour du talon, créant des parois latérales ou des rails qui enveloppent le talon. Cette configuration permet au pied de s’asseoir à l’intérieur de la semelle intermédiaire plutôt que sur celle-ci comme avec l’Ultraboost ST.

Le Boost de l’Ultraboost 21 est nettement plus ferme que dans les versions précédentes. Il n’y a rien de la douceur de l’évier qui donnait aux versions précédentes un si grand confort de marche.

Adidas a rendu la mousse plus ferme, ce qui, selon eux, la rend 20 % plus réactive. Ce changement n’a pas beaucoup de sens car l’Ultraboost est censé être leur entraîneur le plus confortable et le plus confortable.

Il existe d’autres chaussures dans leur gamme conçues pour la réactivité comme la Boston, l’Adios et la SL20.2.

En raison de son talon lâche et de son poids élevé, l’Ultraboost 21 ne convient que pour les courses en ligne droite à des allures décontractées inférieures à 5,40 par km.

Maintenant, cela pourrait être une bonne chose car cela vous empêche de courir trop vite les jours faciles, mais vous vous attendez à un peu plus de polyvalence d’une chaussure à 180 $.

La course la plus longue que j’ai faite dans l’Ultraboost 21 était de 18 km. J’ai vraiment eu du mal à courir sur de longues distances parce que le trajet était si ferme et plat. On avait l’impression que la semelle intermédiaire Boost avait été compressée, la rendant plus dense et plus terne.

Le système LEP qui signifie Linear Energy Push est la tige en plastique située sous le milieu du pied qui s’étend à la fois dans l’avant-pied et l’arrière du pied.

Ce n’est pas nouveau pour les baskets Adidas : c’est le même que le système Torsion mais il vient d’être renommé. Il offre une stabilité et une structure au milieu du pied en rendant la chaussure plus rigide.

Adidas dit que l’Ultraboost 21 est 15 % plus rigide que la version précédente, ce qui crée plus de propulsion.

Je ne pense pas que l’Ultraboost 21 ait besoin d’une propulsion supplémentaire car il n’est pas conçu pour une course rapide. Le système LEP du 21 rend la chaussure trop rigide et maladroite.

J’aime beaucoup le nouveau design de la semelle extérieure de l’Ultraboost 21. Il y a maintenant beaucoup de caoutchouc cristal et moins de caoutchouc Continental. Le caoutchouc Crystal contribue cependant à une conduite ferme.

La disposition du placement du caoutchouc me rappelle la semelle extérieure Asics Novablast, mais les canaux entre le caoutchouc ne sont pas aussi profonds.

La durabilité a été excellente au moment où je l’ai testé et il y a très peu d’usure sur le caoutchouc cristal.

Les transitions de conduite sont désormais beaucoup plus fluides car la disposition de la semelle extérieure est plate par rapport à la conception des petits piliers surélevés des versions précédentes.

La stabilité est très bonne dans l’Ultraboost 21. Il a une large base de semelle intermédiaire et sa semelle intermédiaire ferme entraîne un biais minimal.

Le clip de talon et les parois latérales Boost surélevées ont bien calé mon talon pour que les coups de pied soient très plantés.

Unité Supérieure Adidas Ultraboost 21

Je ne pense pas que l’Ultraboost sera jamais un véritable entraîneur de performance tant qu’il a toujours une construction de chausson.

Le problème avec les constructions de chaussons est qu’il est impossible de mettre en place des œillets à double dernière rangée, de sorte que le laçage du talon ne peut pas être fait.

La tige de l’Ultraboost me rappelle la première version du React Infinity Run Flyknit : les deux ont des talons lâches, ce qui entraîne un verrouillage du pied inférieur.

Nike a résolu le problème dans la deuxième version du React Infinity Run Flyknit en modifiant la construction du chausson et la chaussure s’est décuplée. Adidas fera-t-il de même avec l’Ultraboost 22 ? C’est peu probable.

La tige Primeknit+ de l’Ultraboost est très douce, lisse et confortable, mais elle est un peu chaude car la respirabilité n’est pas excellente.

La cage en plastique fait son grand retour et n’est pas aussi intrusive. Ce n’est pas une cage entièrement en plastique comme sur les versions 1-3 car la cage n’est pas connectée à la semelle intermédiaire.

Il y a un espace de 0,5 mm entre la cage et la semelle intermédiaire pendant que la cage est cousue.

La cage ne me dérangeait pas du tout et j’ai trouvé que le verrouillage au milieu du pied était bon. J’ai trouvé la coupe globale fidèle à la taille, mais le talon lâche était la grande faiblesse.

Adidas Ultraboost 21 Conclusion

Les chaussures lourdes pour les courses faciles ne me dérangent pas, car il est plus facile de courir vite lorsque vous passez à une chaussure plus légère pour les jours de tempo.

Le problème avec l’Ultraboost 21 est que la semelle intermédiaire Boost lourde rend le bas de la chaussure lourd, il y a donc beaucoup de soulèvement du talon à cause du talon lâche.

Comme une voiture avec un puissant moteur turbo sans ceinture de sécurité, j’avais l’impression que la semelle intermédiaire voulait que je coure plus vite, mais la tige m’en empêchait, ce qui entraînait des courses très frustrantes.

Il y a aussi la question du prix. 180 $ est un prix fou pour un entraîneur à coussin maximum qui devrait être inférieur de 30 $, le même que le Triumph, Glycerin et Nimbus.

Pour 180 $, vous pouvez même obtenir un coureur en fibre de carbone Hoka qui peut servir de chaussure d’entraînement.

Avec la mousse Boost plus ferme et la semelle extérieure en caoutchouc cristal plus dure, vous n’obtenez pas le confort moelleux et progressif qui rendait les Ultraboosts précédents si confortables.

Je ne peux pas vraiment recommander l’Ultraboost 21 à qui que ce soit, à moins que vous ne vouliez une belle chaussure décontractée à porter au centre commercial dans laquelle vous pouvez faire une courte course occasionnelle.

L’Ultraboost 21 est toujours une sneaker de style de vie et non une chaussure de course sérieuse et performante.

Nous avons acheté une paire d’Adidas Ultraboost 21 chez runningwarehouse avec notre propre argent. Cela n’a pas influencé le résultat de cet examen, écrit après avoir parcouru plus de 50 milles.

Adidas Ultraboost 21 examen | Chaussures de course Gourou
4.9 (98%) 32 votes