2 août 2021

Devriez-vous porter des « super chaussures » tous les jours ?

Essayons une expérience de pensée.

Vous achetez une paire de « super chaussures » – les chaussures de course plaquées à semelle intercalaire de nouvelle génération et à pile haute qui sont l’histoire de la course à pied de ces dernières années – et vous revendiquez bientôt un ou deux nouveaux records personnels. Vous commencez à porter les chaussures non seulement lors des courses et des entraînements spéciaux, mais également lors de vos courses régulières. Vous remarquez que vous parcourez vos boucles standard plus rapidement sans plus d’effort. De plus, vos jambes ne sont pas aussi battues que d’habitude. Alors vous vous demandez pourquoi ne pas courir tous les jours avec des super chaussures ?

Pas si vite, disent certains experts, et pas seulement à cause du prix relativement élevé des chaussures et de leur durabilité moindre. Cela pourrait augmenter vos risques de blessures et, paradoxalement, vous empêcher de courir à votre meilleur niveau.

La variété est le piment de la course

Shalaya Kipp est une steeplechaser olympique et l’une des chercheurs qui ont étudié la première super chaussure de Nike. Cette équipe de recherche de l’Université du Colorado a découvert que l’économie de course (le coût en oxygène de la course à un rythme donné) s’améliorait en moyenne de 4% dans le prototype Nike par rapport aux chaussures de course classiques Nike et Adidas. D’où le nom de la chaussure lorsqu’elle est finalement arrivée sur le marché, la Vaporfly 4%.

Kipp, qui poursuit actuellement son doctorat. en physiologie de l’exercice, déclare : « Par rapport aux chaussures plates de course traditionnelles, les chaussures semblent réduire la quantité d’énergie requise par les articulations du mollet et des phalanges métatarsiennes. » (Ce sont les articulations au niveau de la plante du pied.) « Théoriquement, le port de chaussures peut aider en cas de blessure au mollet. La plaque de carbone rigide et la mousse semblent aider à réduire la quantité d’implication des mollets et du tendon d’Achille. Cela pourrait potentiellement atténuer certains inconforts ou douleurs lors de la rééducation des blessures aux mollets ou au tendon d’Achille.

Super! Mais gardez à l’esprit que les forces d’impact de la course doivent aller quelque part. Réduisez la charge sur certaines parties du corps, et elle sera transmise ailleurs.

«Je pense qu’une partie du stress causé par les nouvelles chaussures se retrouve au milieu du pied», explique Brian Fullem, podologue du sport et auteur du Guide du coureur pour des pieds et des chevilles sains. “Les chaussures fonctionnent avec un retour semblable à un fouet qui peut stresser certains tendons et ligaments au-delà de leur capacité élastique, entraînant des déchirures et des tensions.” En plus des blessures au milieu du pied, Fullem a vu des patients présentant de nouveaux cas de fasciite plantaire après avoir beaucoup couru dans des super chaussures.

D’autres cliniciens soulignent que les super chaussures ont beaucoup de ressort d’orteil – une grande courbe ascendante à l’avant-pied – pour aider la transition du pied sur les semelles intercalaires épaisses et les plaques rigides à l’avant-pied qui caractérisent ce type de chaussure. On pense que le ressort des orteils peut réduire les forces dans le pied et la cheville tout en les augmentant dans les genoux et les hanches.

Jared Ward, qui s’est classé sixième au marathon olympique de 2016 et a aidé Saucony à développer sa gamme de chaussures Endorphine, déclare : « Si j’en fais trop dans les Endorphines Pros, mes pieds sont affectés. Je ne sais pas si c’est parce que la plaque est plus dure que ce à quoi j’ai l’habitude, mais la plante de mon pied et parfois mes arcades ressentent la tension. Cela dit, alors que je m’adapte aux différences de frappe du pied et de mécanique favorisées par mes nouvelles chaussures, je me retrouve à faire plus d’entraînements avec elles.

La plupart des blessures en course à pied découlent d’efforts répétitifs — trop des mêmes forces appliquées aux parties vulnérables du corps. Les experts s’accordent à dire que la variation subtile de ces forces peut réduire le risque de blessure. La rotation entre différentes chaussures, qu’elles soient super ou non, est un moyen d’obtenir cette variété. Des recherches publiées en 2013 ont révélé que les coureurs qui répartissaient leur kilométrage entre deux modèles différents ou plus avaient subi 39 % de blessures en moins au cours de l’étude de 22 semaines que ceux qui couraient presque toutes dans les mêmes chaussures. Bien que cette étude ait été menée avant l’arrivée des super chaussures, il n’y a aucune raison de penser que son argument général sur la variété n’est pas valide.

“Je fais pivoter les chaussures et le terrain pour m’assurer que je crée de légères variations dans mon modèle de démarche – frappe du pied et longueur et fréquence de foulée”, explique Kipp. « Quand j’ai une démarche monotone et répétitive, mon corps subit des stress à des endroits très localisés. »

Est-ce que plus vite est toujours mieux ?

Mais que faire si vous êtes prêt à augmenter votre risque de blessure pour courir plus vite ? Après tout, la formation est intrinsèquement risquée ; seuls les coureurs se blessent en courant. Si porter des super chaussures au quotidien signifie un meilleur RP marathon, cela ne vaut-il pas le pari ?

Il est intéressant, après tout, de se sentir plus rapide et moins douloureux à chaque course. “Être capable de s’entraîner à des vitesses plus élevées pour le même niveau d’effort pourrait avoir des avantages neuromécaniques”, explique Kipp. L’idée ici est similaire à la raison pour laquelle certains coureurs font des foulées en descente – pour que les allures et le chiffre d’affaires plus rapides ressemblent davantage à votre norme.

« JE NE SUIS PAS SR QU’UNE FORMATION À 100 % [SUPER SHOES] VA VOUS PRÉPARER POUR LE BATTAGE À MOINS QUE VOUS COUREZ UNE TONNE DE MILLES. »

Il y a aussi la question de moins de fatigue musculaire dans les super chaussures, permettant ainsi un entraînement plus dur (et, éventuellement, des courses plus rapides). “J’ai couru un kilomètre et demi dans mes appartements minimaux de la vieille école l’autre jour et j’ai immédiatement échangé contre mes Endorphine Pros parce que mes mollets se sentaient déjà abattus après un”, dit Ward.

Mais même Ward, dont le parrainage Saucony élimine le souci financier de l’utilisation quotidienne de super chaussures, déconseille cette pratique. Il dit qu’être, disons, 10 secondes par km plus rapide sur toutes vos courses au même niveau d’effort ne signifie pas nécessairement que vous devenez plus en forme. Il compare le phénomène à l’entraînement sur des tapis roulants amaigrissants.

« Vous pouvez courir 20 secondes plus vite par km à 80 % de votre poids corporel sur un tapis roulant de réduction de poids et certains aspects de vous seront plus en forme – les ischio-jambiers, etc. Mais votre cœur n’a peut-être pas eu à travailler aussi dur », explique Ward. « J’ai l’impression que ce phénomène se traduit par des super chaussures. Certaines personnes courent les mêmes temps à l’entraînement et c’est tout simplement plus facile – elles ne stressent pas plus leur corps (ou la même chose) en courant plus vite. »

Fullem est d’accord, spéculant : « Si les chaussures rendent la course plus rapide plus facile et que vous dépensez moins d’énergie pour courir plus vite, vous n’obtenez pas autant d’effet d’entraînement. Je les considère de la même manière qu’une paire de crampons, en ce sens qu’ils sont conçus pour la course.

Ward pense également qu’un avantage bien-aimé des super chaussures – vous ne vous sentez pas aussi abattu après de longues courses difficiles – pourrait être un inconvénient le jour du marathon.

« Le marathon est une course d’usure. Votre corps doit être prêt pour cela », dit-il. « Je ne suis pas sûr qu’une formation à 100 % en [super shoes] va vous préparer pour le martèlement à moins que vous ne parcouriez une tonne de kilomètres. Étant donné que Ward court régulièrement plus de 100 kilomètres par semaine pendant l’entraînement au marathon, sa définition de «tonnes de kilomètres» est beaucoup plus élevée que le kilométrage maximal de la plupart des coureurs récréatifs.

Comme toujours, les coureurs individuels doivent expérimenter pour trouver ce qui fonctionne pour eux. Mais même si vous pouvez vous permettre de porter des super chaussures tous les jours, le consensus à ce jour est que vous feriez probablement mieux de les garder pour des courses super importantes.

EN SAVOIR PLUS SUR : chaussures de course

Devriez-vous porter des « super chaussures » tous les jours ?
4.9 (98%) 32 votes