24 octobre 2021

6 raisons pour lesquelles courir est si difficile

Si vous vous êtes déjà retrouvé à penser que courir est difficile, croyez-moi, vous n’êtes pas seul. Presque tous les coureurs, des amateurs aux coureurs expérimentés, ont des difficultés à un moment donné.

Et bien que la science de la course à pied soit plutôt basique (soulever tout le poids de votre corps et vous propulser vers l’avant à chaque pas que vous faites), de nombreux facteurs peuvent parfois nuire à votre expérience.

Pourquoi courir devient-il difficile à un moment donné ?

La physique derrière la course consiste à renforcer vos muscles, votre système cardiovasculaire et votre esprit. Même si certains coureurs considèrent que courir est facile du premier coup, il y a des moments où courir devient assez difficile. Alors clarifions cela pour vous, peut-être que vous trouverez quelque chose qui résonne.

Quelles sont certaines des raisons pour lesquelles courir est difficile ? Nous avons tous, à un moment donné, ralenti pour faire du jogging pendant une course de trois milles. Si votre entraînement est devenu difficile à un moment donné, voici quelques-unes des raisons qui le sous-tendent.

1. Fatigue corporelle

La course à pied est un entraînement complet du corps ; il y a de l’usure sur plusieurs articulations, provoquant un effet cumulatif. Ainsi, il est essentiel de toujours se réserver un jour ou deux pour se reposer et permettre à son corps de récupérer. Après tout, c’est là que la magie opère. Un repos suffisant est différent pour nous tous ; pour les coureurs professionnels, un seul jour par semaine suffit à votre corps pour guérir. Les coureurs débutants ont tendance à courir tous les jours, ce qui améliore rapidement le temps de course, mais après un certain temps, la fatigue rattrape son retard, entraînant des affaissements et des blessures.

Le moyen le plus efficace d’éviter la fatigue est de programmer suffisamment de jours de repos pour votre programme d’entraînement hebdomadaire (n’oubliez pas de compter également votre stress/activité quotidienne). Un excellent moyen de le faire est de surveiller votre fréquence cardiaque et de suivre vos niveaux d’effort – la plupart des montres de course/suiveurs d’activité le font pour vous maintenant, cela peut donc valoir la peine d’investir si vous luttez contre la fatigue et l’épuisement professionnel. Vous pouvez également utiliser des sites Web tels que Strava qui utilisent la fréquence cardiaque enregistrée pour estimer votre condition physique et votre niveau de fatigue.

2. Stress et anxiété

La plupart des coureurs, à un moment donné, subissent un stress qui les affecte à la fois physiquement et psychologiquement. Ce stress vous fait ressentir des symptômes tels que :

  • mal de tête
  • Respiration rapide
  • respiration cardiaque rapide
  • transpiration
  • tension musculaire
  • transpiration
  • vertiges
  • L’anxiété est un trouble de santé mentale qui a un impact profond sur vos performances physiques, affectant ainsi votre capacité de course. La plupart des coureurs traversent des moments stressants qui rendent leurs courses plus complexes ou même plus lentes. un espace de respiration bien nécessaire. La course à pied vous aide souvent à traiter vos pensées et vos émotions, à trouver la source de votre stress et à vous y adapter.

    Donc, si vous trouvez que la vie est devenue quelque peu stressante pour vous, en tant que coureur, faites de votre mieux pour vous en tenir à votre routine d’entraînement régulière. Avec le temps, votre course deviendra beaucoup plus facile et le stress disparaîtra (ou vous deviendrez beaucoup mieux à le gérer). Prendre soin de soi est une expression qui revient beaucoup ces derniers temps, et la course à pied peut vraiment être un peu de soin personnel pour vous aider à gérer une journée, une situation stressante ou simplement pour sortir de la grille et respirer.

    3. Repos insuffisant

    L’une des raisons de la course à pied est que vous n’avez pas assez de temps pour vous reposer et récupérer. Un itinéraire facile devenant de plus en plus difficile est souvent un signal d’alarme indiquant que vous n’avez pas complètement récupéré d’une séance d’entraînement précédente.

    Souvent, nous avons tendance à utiliser les jours de repos pour rattraper le temps mal utilisé ou perdu, alors que nous devons vraiment profiter de la phase de repos et de récupération de nos plans d’entraînement. Une chose qui est facilement négligée et difficile à changer est les habitudes de sommeil. Dormir suffisamment n’est pas facultatif pour les coureurs. Selon les recherches menées par une équipe d’entraîneurs du Kenya, un coureur devrait dormir au moins 8 heures. Ils conseillent également de faire une sieste d’une heure par jour. En tant que coureur, pensez toujours à garder un sommeil cohérent et sain. Et en tant que femme ; des études concluent que les femmes ont besoin de plus de sommeil que les hommes pour se remettre de la journée (en savoir plus avec cet article)*

    4. Ne pas planifier et courir trop vite

    Courir vite est amusant (vous vous souvenez de courir en bas d’une colline quand vous étiez enfant, les jambes vont trop vite pour que vous puissiez suivre ? tellement amusant !) surtout si vous avez du mal à y remédier.

    Votre rythme en tant que coureur est destiné à s’accélérer avec le temps malgré la lenteur avec laquelle vous démarrez – et nous avons tous une limite. Essayez toujours d’ignorer l’envie de courir plus vite et de ralentir jusqu’à ce que votre corps se sente à l’aise pour augmenter le rythme. La vitesse s’accompagne d’un entraînement régulier et bien programmé. Si vous avez cela et que votre course devient toujours difficile, il y a lieu de suggérer que cela est dû à un manque de force et d’endurance musculaire. vous luttez donc biologiquement pour continuer à courir longtemps. Ne vous inquiétez pas, une séance de musculation et de conditionnement par semaine et un entraînement croisé vous aideront à vous remettre sur la bonne voie.

    5. Ne pas s’échauffer au préalable

    L’échauffement est un élément essentiel de la course à pied, et la plupart des nouveaux coureurs l’ignorent sans le savoir. Un échauffement complet avant de courir aidera vos muscles à s’échauffer et à se détendre, à vous concentrer sur la tâche qui vous attend et à augmenter lentement votre respiration à un niveau confortable pour commencer à parcourir les sentiers.

    Vous pouvez donc voir que sauter cette étape le plus souvent entraînera un découragement assez rapidement après avoir commencé. Votre corps sera en mode « agh ce qui se passe », se démenant pour obtenir le sang et l’oxygène là où il doit être. – alors prévenez votre corps et faites votre échauffement. Il est préférable de passer environ 10 minutes à vous échauffer et à préparer votre corps et votre esprit pour la course. Essayez de faire des exercices d’échauffement dynamiques au début de votre entraînement, puis passez le premier kilomètre à courir à un rythme modérément plus lent.

    6. État d’esprit

    Parfois, ce ne sont pas nos jambes qui cèdent, c’est notre esprit. Vous avez probablement entendu d’autres coureurs parler des défis auxquels ils sont confrontés. Vous avez écouté et vu des coureurs arrêter après une semaine ou deux d’entraînement. Comme toute autre activité physique, plus vous vous entraînez, plus votre corps s’adapte (état d’esprit inclus).

    La plupart des défis auxquels vous êtes confronté en tant que coureur sont causés par la fatigue mentale. Surtout pour les semi-marathons sur de longues distances (13,1 milles) et plus. C’est l’un des obstacles les plus importants affectant vos performances de course. Pourquoi en est-il ainsi ? La pensée négative incite un coureur à croire que votre taux d’effort est plus élevé qu’il ne l’est. Après tout, le cerveau est là pour nous protéger.

    Une chose que j’ai trouvée impérative au cours de mes marathons est “votre esprit abandonne bien avant que votre corps ne le fasse”, donc si vous avez des pensées insignifiantes, sachez que vous n’êtes pas encore à votre limite, continuez.

    Voici des choses essentielles à retenir, qui faciliteront votre course :

  • Acceptez que courir deviendra difficile à un certain niveau.
  • Ayez confiance que la course deviendra un peu plus facile avec le temps.
  • Comprenez que les revers se produisent et préparez-vous aux moyens de les surmonter.
  • Donnez-vous au moins trois mois pour progresser.
  • Évitez de courir trop fort, trop, sur de longues distances et trop vite.
  • Courir régulièrement et fréquemment vous permettra de vous améliorer, et la seule façon d’atteindre cet objectif est de s’entrainer à un effort facile et conversationnel.
  • Terminez votre entraînement avant de commencer à vous sentir drastique.
  • 6 raisons pour lesquelles courir est si difficile
    4.9 (98%) 32 votes