24 octobre 2021

Fracture de stress ou attelle de tibia ? Comment faire la différence

À temps pour la saison de course à pied, voici ce que vous devez savoir sur la façon de prévenir et de traiter les attelles de tibia et les fractures de stress.

Ces blessures de surutilisation courantes sont généralement causées par des erreurs d’entraînement et une course trop importante et trop rapide. Des chaussures mal ajustées, la course sur des surfaces dures, un manque de flexibilité et un déséquilibre musculaire peuvent également jouer un rôle.

La douleur au bas de la jambe causée par les attelles de tibia est causée par une inflammation et des micro-déchirures dans les attaches musculaires et les tissus autour du tibia. Une fracture de fatigue est une petite fissure dans l’os et se produit généralement dans le bas de la jambe, la hanche ou le pied.

Je vois de nombreux coureurs dans ma pratique de médecine du sport de soins primaires à l’Université de Chicago Medicine. Pour établir le diagnostic, je commence par un historique complet des athlètes concernant leur routine de course, y compris le kilométrage, l’intensité, le rythme, le terrain et les chaussures, ainsi que tout changement récent dans le régime d’entraînement.

Attelles de tibia

Cette condition – le syndrome de stress tibial médial, ou MTSS – est courante chez les nouveaux coureurs, les coureurs reprenant le sport après une pause prolongée et les coureurs qui ont rapidement augmenté leur kilométrage et l’intensité de leur entraînement.

Symptômes : douleur au bas des jambes pendant la course, en particulier à des vitesses plus rapides. Les attelles de tibia ne causent généralement pas de douleur lors de la marche ou lors d’activités quotidiennes autres que la course. La douleur disparaît souvent une fois la course arrêtée.

Traitement : Je commence les coureurs avec du repos, de la glace et des anti-inflammatoires contre la douleur. Les étirements et les activités à faible impact qui ne causent pas de douleur, comme la natation et le cyclisme, peuvent aider à maintenir la force et la condition physique. Parfois, diminuer de moitié la fréquence, la distance et l’intensité de la course peut améliorer les symptômes tout en permettant à quelqu’un de continuer à courir.

Je conseille aux patients de reprendre leur programme de course lentement, en augmentant la charge de pas plus de 10 pour cent par semaine. Les exercices d’assouplissement et la musculation sont également très importants dans le cadre du plan de traitement complet et pour prévenir les récidives.

Fractures de fatigue

Les fractures de fatigue résultent d’une tension cumulative sur l’os, sans suffisamment de temps pour une récupération appropriée. Finalement, l’os s’affaiblit et devient sensible à de minuscules fissures ou fractures de stress.

Symptômes : Douleur en courant, mais avec le temps, les coureurs ressentiront également de la douleur en marchant et en faisant d’autres activités. Si la blessure de stress est importante, la douleur peut également persister au repos. La douleur est souvent localisée à un endroit plutôt que répartie sur une petite zone, comme avec les attelles de tibia.

Traitement : Les coureurs souffrant d’une fracture de stress doivent arrêter de courir jusqu’à ce qu’ils guérissent. Pour assurer une bonne cicatrisation, je place souvent le coureur dans une botte de marche et peut même ajouter des béquilles. Les médicaments anti-inflammatoires sont utilisés pour la douleur. Après plusieurs semaines, les coureurs peuvent reprendre progressivement des activités sans douleur, tout en s’attaquant aux facteurs de risque qui ont pu contribuer à la fracture de stress. Cela comprend une alimentation appropriée avec suffisamment de calories ainsi qu’une supplémentation en calcium et en vitamine D pour optimiser la santé des os.

Prévenir les blessures dues au surmenage

Voici quelques façons de prévenir les attelles de tibia et les fractures de fatigue :

  • N’en faites pas trop, trop vite. Si vous débutez dans la course à pied, commencez par un programme de course/marche. Consultez un physiothérapeute, un coach ou un entraîneur personnel pour mettre en place un programme de course intelligent.
  • Ne courez pas dans la douleur.
  • Augmentez lentement votre programme d’entraînement, en ajoutant 10 % maximum (kilométrage, intensité) par semaine.
  • Entraînement croisé en mettant l’accent sur l’entraînement en force et en résistance, en particulier pour le tronc, les hanches et les jambes.
  • Maintenez la flexibilité globale avec un bon programme d’étirement.
  • Glace après les courses si vous avez mal et évitez les surfaces dures dans la mesure du possible.
  • Des chaussures de course bien ajustées sont essentielles. Les orthèses peuvent également être utiles.
  • Assurez-vous d’une alimentation bien équilibrée avec un apport calorique adéquat pour votre niveau d’activité et ciblez un poids corporel sain.
  • Fracture de stress ou attelle de tibia ? Comment faire la différence
    4.9 (98%) 32 votes